Les États-Unis vont vendre à leur allié du Golfe, les Émirats arabes unis, 160 missiles de type Patriot pour un montant total évalué à deux milliards de dollars, a annoncé jeudi le département de la Défense. Comme pour chaque contrat commercial de ventes d'armes par Washington, c'est le département d'État qui a approuvé la «vente possible» de ces 160 missiles aux Émirats et le département de la Défense qui en a informé le Congrès qui peut en théorie s'y opposer, a indiqué le Pentagone dans un communiqué. Ce contrat d'armement «contribuera à la politique étrangère et à la sécurité nationale des États-Unis en renforçant la sécurité d'un allié important qui a été, et qui continue d'être, une force pour la stabilité politique et le progrès économique au Moyen-Orient», a écrit Washington. La vente de 60 missiles Patriot PAC-3 et 100 missiles Patriot GEM-T «renforcera la capacité des Émirats arabes unis à répondre aux menaces actuelles et à venir d'aéronefs et de missiles», estime encore le Pentagone, sans jamais mentionner l'Iran, le grand rival chiite des monarchies sunnites du Golfe. Ce contrat «ne modifiera pas l'équilibre militaire fondamental dans la région», juge encore le Pentagone. Les Émirats arabes unis sont un allié des États-Unis, mais les relations entre Washington et les pays du Golfe s'étaient tendues sous la présidence de Barack Obama en raison du timide rapprochement qu'il avait amorcé avec l'Iran. Par ailleurs, les Émirats font partie de la coalition militaire arabe au Yémen, conduite par l'Arabie saoudite, qui combat aux côtés du gouvernement local les rebelles Houthis soutenus par Téhéran.