La santé des travailleurs agricoles et de la population dans son ensemble, y compris les enfants, est menacée par les pesticides utilisés dans les zones agricoles et potentiellement par ceux contenus dans les aliments que nous consommons. De nombreux éléments montrent que l’exposition à certains pesticides représente un facteur de risque supplémentaire non négligeable de contracter de nombreuses maladies chroniques, y compris différentes formes de cancers et de maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et celle d’Alzheimer, et de développer des malformations congénitales. Il existe également un solide faisceau de preuves selon lesquelles l’exposition aux pesticides serait associée à l’affaiblissement du système immunitaire et à des déséquilibres hormonaux. Bien qu’il existe des problèmes inhérents à la conduite d’expériences à grande échelle et à l’identification directe de la cause de ces problèmes de santé chez l’homme, les associations statistiques entre l’exposition à certains pesticides et l’incidence de certaines maladies sont irréfutables et ne doivent pas être ignorées. Les mécanismes par lesquels ces produits chimiques peuvent provoquer la maladie ne sont peut-être pas encore bien compris, mais les recherches suggèrent un rôle important dans l’altération des fonctions de détoxification des enzymes, ainsi que des impacts sur les canaux ioniques et les récepteurs de l’ensemble de l’organisme. De plus, certains membres de la population présentent une vulnérabilité génétique inhérente aux effets sanitaires de l’exposition aux pesticides et sont par conséquent plus à risque que les autres. La difficulté d’identifier de telles différences et de mettre en place des politiques assurant un niveau de protection élevé pour tous risque de rester insurmontable tant que nous continuerons à dépendre de l’application régulière de pesticides. En outre, les futures générations qui n’ont pas encore été exposées à ces substances risqueraient de contracter ces maladies en raison de l’hérédité épigénétique transgénérationnelle. De nombreux pesticides de synthèse utilisés dans l’agriculture étant persistants et répandus dans l’environnement, nous sommes donc exposés à un cocktail de produits chimiques par le biais des aliments que nous consommons et de l’environnement dans lequel nous vivons. Les données semblent indiquer que cette exposition se compose en grande partie de mélanges de produits chimiques dont les effets toxiques sont inconnus, particulièrement sur le long terme. Ces substances peuvent interagir de telle sorte que ces mélanges peuvent présenter une toxicité imprévisible, parfois même plus élevée que pour chaque composant pris séparément. Malgré certaines initiatives destinées à décrire la toxicité de ces interactions, il n’existe aucune directive ni règlement international pour l’évaluation des risques encourus. En outre, les pesticides ne sont pas les seuls produits chimiques dangereux auxquels notre corps est exposé tous les jours. C’est pourquoi il paraît nécessaire et urgent de réduire et, dans la mesure du possible, d’éviter toute exposition humaine à des produits chimiques dangereux. Dans le cas des produits chimiques agricoles, nous allons devoir repenser totalement notre système agricole afin d’éliminer l’exposition aux pesticides de synthèse et protéger la santé des personnes subissant une exposition élevée et/ou des groupes vulnérables, tels que les travailleurs agricoles et les enfants, mais également de la population dans son ensemble, ainsi que des écosystèmes sauvages.